[Jeu] Dans les yeux d’Ernesto Valverde contre le Rayo Vallecano

par • 05/11/2018 • A la une, LigaCommentaire (0)344

 

Principe du jeu  : Avez-vous regardé le match du Barça de Valverde ce week-end ? Êtes-vous  capable de vous glisser dans la peau du coach pour percevoir les points forts et les points faibles de votre équipe ? Amateur de tactique et de stratégie, c’est à vous de jouer. Au programme : décortiquer le match, en ressortant les idées principales d’Ernesto Valverde et marquer un maximum de points ! Chaque idée vaut 1 point. Il y a au moins 28 à marquer, voire plus. Let’s play !

 

CONTEXTE DU MATCH POUR VALVERDE :  En termes de résultats, le coach du FC Barcelone est dans une spirale ultra positive. Il reste sur 4 victoires consécutives, occupe la première place de la Liga, la première place de son groupe en Ligue des champions avec 3 victoires et aucune défaite. Surtout, il vient de ravir le clasico face au Real Madrid en infligeant une claque 5 buts à 1, le tout sans un Messi blessé. Tout pourrait laisser croire que les voyants sont au vert pour Ernesto Valverde. Pourtant, beaucoup d’observateurs de ce club et de fans prennent le temps d’aller au-delà du résultat pour analyser le contenu de chaque rencontre. Certains n’ont pas peur d’afficher un mécontentement quant à l’animation de l’équipe sur le terrain, regrettant un manque de style, de magie et des choix individuels qu’ils estiment incohérents. Beaucoup de victoires en championnat semblent avoir été obtenues malgré un manque de maîtrise apparent. Ainsi, dans un club aussi prestigieux que le Barça, les résultats, mêmes excellents ne suffisent pas. Ernesto Valverde aborde donc le match contre l’avant dernier du championnat dans une situation pas aussi confortable que les résultats obtenus pourraient laisser présager.

 

À votre avis quel était le plan de jeu de Miguel Sanchez Munoz sur ce match ?

»TEXT

ŒIL DE L’AUTEUR :

  1. “Ne pas baisser le pantalon”, telle pourrait être l’expression très crue partagée par le staff et les joueurs du Rayo Vallecano. Cette petite équipe est fidèle à la réputation de la Liga, où les équipes cherchent pour la majorité à contester le “protagonisme” adverse même face à des mastodontes comme le Real Madrid ou le FC Barcelone. Ainsi, malgré l’écart intrinsèque entre les deux clubs, l’entraîneur a décidé de ne pas “subir” tout le match et souhaite aller chercher un résultat, et surtout un résultat mérité par une prestation aboutie dans le jeu. 1 POINT
  2. Concrètement cela passe par des séquences de pressing haut travaillées dans certaines zones du terrain, plus particulièrement quand les joueurs catalans sont sur le reculoir à droite ou à gauche. 1 POINT
  3. Miguel Sanchez est courageux mais pas naïf. Il ne pourra pas presser haut tout le match. Il sait qu’obtenir un résultat passera par une phase défensive sans ballon, très aboutie, en bloc médian ou en bloc bas et il propose le reste du temps un 4-1-4-1 très compact dans le cœur du jeu avec Comesaña dans le rôle du “compensateur” dans l’axe. 1 POINT
  4. Lorsque son équipe a le ballon, l’objectif est de ne pas le perdre dans l’immédiat, et d’obliger tant que possible les joueurs du Barça à courir derrière la sphère, à défendre bas, une obligation détestée par les Catalans qui aiment contrôler le rythme du match et jouer dans le camp adverse. 1 POINT
  5. Enfin, le coach semble avoir préparé un plan pour mettre dans les meilleures dispositions ses dribbleurs et joueurs de côté lors des attaques rapides. Ces derniers semblent avoir carte blanche pour provoquer, dribbler les joueurs adverses balle au pied, attirer des adversaires et ainsi libérer un partenaire dans une position de tir favorable. 1 POINT

»TEXT

 

À votre avis quel était le plan de jeu de Valverde sur ce match ?

»TEXT

 

ŒIL DE L’AUTEUR :

  1. Le coach catalan semble avoir préparé ses joueurs à “tuer” le match le plus vite possible. Dans ce contexte, l’un des objectifs est de presser les premiers relanceurs adverses dans leur camp dès la perte de balle. 1 POINT
  2. En phase offensive, les joueurs de Barcelone sont chargés d’utiliser leur supériorité technique pour faire circuler le ballon sur toute la largeur. Par ce biais, l’idée est d’étirer le bloc adverse pour trouver un joueur entre les lignes notamment entre le défenseur latéral et le central (Coutinho) ou dans un registre proche, trouver un joueur lancé à l’opposé du jeu, typiquement Jordi Alba. 1 POINT
  3. Ouvrir des brèches, des positions de frappe ou de centre par des attaques placées de qualité pour que Suarez fasse la différence semble aussi faire partie du plan du coach des Blaugranas. 1 POINT
  4. Pour mettre en place ces idées simples et “clôturer” le match rapidement Ernesto Valverde demande a ses joueurs d’imposer une intensité physique supérieure à ce que pourrait supporter le Rayo Vallecano. 1 POINT

»TEXT

Imaginez-vous sur le banc à regarder le match , qu’est-ce qui fonctionne ou dysfonctionne dans les différentes phases de jeu ainsi que sur le plan individuel en première mi-temps selon vous ?

»TEXT

ŒIL DE L’AUTEUR. CE QUI FONCTIONNE : 

  1. Les premières minutes sont marquées par un pressing efficace dès la perte de balle qui permet d’asphyxier la bonne volonté du Rayo dès qu’il récupère le ballon, notamment quand ce dernier joue dans l’axe. 1 POINT
  2. Le FC Barcelone semble réussir à prendre le jeu à son compte dans le premier tiers du match avec une grande sûreté technique et une très bonne circulation du ballon sur la largeur (Rakitic, Busquets, Arthur bien positionnés pour ne pas perdre le ballon). 1 POINT
  3. Le jeu de position du Barça est suffisamment bon en début de match pour rendre efficace le plan de jeu de Valverde. Des joueurs occupent des “espaces d’aide mutuelle” à proximité du porteur de balle pour attirer l’adversaire en jeu court et d’autres occupent des “espaces de coopération”, parfois loin du jeu et constituent des menaces dans le dos de la défense (Jordi Alba typiquement). Le 1er but en est l’illustration avec une fixation d’un côté pour ensuite trouver à l’opposé un Jordi Alba lancé qui fait la différence. Si vous voulez en savoir plus sur les fondamentaux du jeu de position et ainsi mieux comprendre le jeu des Blaugranas, nous vous invitons à lire cette excellente synthèse d’Olivier Alberola. 1 POINT
  4. Les défenseurs centraux arrivent à défendre haut et en avançant. 1 POINT
  5. Les quelques centres initiés par l’équipe de Barcelone, sont effectués dans les bonnes zones, souvent en retrait, et les déplacements pertinents des attaquants créent du danger (1er but). 1 POINT
  6. Une bonne présence des milieux de terrain sur les seconds ballons. 1 POINT
  7. Les joueurs offensifs barcelonais notamment Rafinha et Coutinho n’hésitent pas à permuter par instants afin de créer la panique dans la défense adverse. Ils n’occupent presque jamais le même espace en phase offensive. 1 POINT

ŒIL DE L’AUTEUR. CE QUI DYSFONCTIONNE :

  1. Les Barcelonais affichent quelques difficultés sur les attaques rapides du Rayo Vallecano. Leur jeu à 2 ou à 3 est abouti sur les côtés, et les quelques centres en première intention mettent en difficulté la ligne défensive des Blaugranas. 1 POINT
  2. Ter Stegen, Pique, Lenglet voire Busquets se précipitent parfois dans leur relance et se retrouvent à dégager le ballon au loin, chose rare pour des joueurs de cet acabit. 1 POINT
  3. Les latéraux Jordi Alba et Sergi Roberto sont en difficulté sur les 1 contre 1 face à la vivacité des ailiers du Rayo. 1 POINT
  4. Le Barça ne réussit pas à maintenir une intensité physique élevée sur l’ensemble de la 1ère mi-temps. Par exemple, le pressing à la perte se dissout peu à peu au fil du match. 1 POINT
  5. Si la largeur est bien occupée les intervalles ouverts par ce biais sont trop peu occupés. Rafinha, Coutinho et Suarez sont proches les uns des autres mais trop souvent sur la même ligne devant. 1 POINT
  6. Coutinho fait très peu de différences balle au pied. Il n’arrive pas à prendre le jeu à son compte et à créer de vraies différences en phase offensive. 1 POINT
  7. Aucun joueur du FCB ne semble en mesure de créer un décalage sur un dribble, sur une prise de balle, d’éliminer son vis à vis en 1 contre 1. Messi semble cruellement manquer dans ce registre. 1 POINT

»TEXT

La première mi-temps se termine sur le score de 1-1. Le jeu du Barça convaincant au départ s’est peu à peu liquéfié et le Rayo Vallecano a su en profiter. Pour autant Barcelone finit par s’imposer 3-2. Quels ont été les ingrédients tactiques qui ont permis d’arracher cette victoire ?  

»TEXT

ŒIL DE L’AUTEUR :

  1. Ernesto Valverde opère un changement très rapidement en faisant rentrer Dembélé à la place de Rafinha. L’objectif est d’apporter plus de profondeur dans le dos de la défense et de qualité dans les 1 contre 1 grâce à ses dribbles dévastateurs. 1 POINT
  2. Barcelone ne réussit plus à dominer le milieu de terrain comme ils le faisaient en début de match. Faire rentrer Vidal à la place d’Arthur, c’est pour Valverde tenter de renverser le rapport de force. 1 POINT
  3. Malgré les changements opérés par le coach, les problèmes cités plus hauts subsistent voire s’amplifient jusqu’à la 85ème minute : Dembélé ne met pas en avant ses qualités de dribble mais se contente de centrer systématiquement même si le jeu ne le réclame pas, les distances de marquage ne sont pas efficientes et n’empêchent pas le Rayo de se déployer, les joueurs du Barça font beaucoup de fautes, les frappes sont presque inexistantes, et les imprécisions techniques dans la zone de vérité empêchent la création de vrais décalages. 1 POINT
  4. L’entrée de Munir à la place de Coutinho n’arrange pas les choses. Ce dernier qui semble plus à l’aise dans l’axe que sur un côté n’arrive pas à peser offensivement.1 POINT
  5. Les Barcelonais changent totalement de plan de jeu dans les 10 dernières minutes : l’objectif est de mettre le plus de ballons possibles dans la surface de réparation, d’augmenter la présence et la densité autour de Suarez grâce à la venue de Piqué et de profiter des occasions qui se présentent autour de ces 2 joueurs. Le pouvoir de fixation de Piqué est très important puisque Dembélé profite d’un second ballon autour de lui pour égaliser d’une belle frappe. Suarez donne la victoire à son équipe grâce à la présence de Piqué qui occupe trois défenseurs sur un centre et donne la possibilité à Suarez de se faire oublier jusqu’à surgir au moment opportun sur un centre et faire la différence. 1 POINT

»TEXT

Le jeu se termine ici pour cette semaine avec ces 28 remarques tactiques de l’auteur?

Vous pouvez rajouter des points bonus en donnant des idées/contrepoints dans les commentaires. N’étant ni Valverde ni un quelconque membre de son staff, toute l’analyse est ici le produit d’un regard extérieur, un œil certes vigilant mais toujours incomplet. Peut-être que vos remarques pertinentes permettront de nous rapprocher au plus près du bilan d’après-match réalisé par le staff  du Barça. En résumé, il faut commencer par souligner la prestation exceptionnelle du Rayo Vallecano qui a su indépendamment du niveau de l’adversaire proposer un match abouti techniquement et tactiquement. Les contradicteurs d’Ernesto Valverde ne seront pas rassurés par ce match. C’est un vrai petit miracle de ramener les 3 points de ce petit stade de Madrid à la vue du match des Blaugranas. Les résultats restent excellents mais le club pourra-t-il ramener des titres en multipliant les prestations de cet acabit ? Les talents individuels suffiront-ils ?

 

 

 

Dimitri THOMAS Twitter @D3ITHOMAS
Pin It

articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

UA-29216551-1